Actualités

Retrouvez toutes les actualités du marché immobilier

A quelles conséquences immobilières s’attendre avec les JO de Paris 2024 ?

Après un long suspense, c’est maintenant acquis : Paris a obtenu officiellement l’organisation des Jeux Olympiques 2024. Cette décision a fait suite à l’accord intervenu entre le Comité International Olympique et la dernière ville en lice, Los Angeles, qui accueillera donc les Jeux de 2028.

Des sites prestigieux intra-muros pour les épreuves

La capitale a choisi quelques-uns de ses sites les plus prestigieux pour le déroulement des épreuves : beach volley et triathlon au pied de la tour Eiffel sur le Champ-de-Mars, cyclisme sur les Champs-Elysées, tir à l’arc sur l’esplanade des Invalides… Un peu plus loin, c’est le Château de Versailles qui accueillera les épreuves d’équitation.

De nombreuses installations sportives seront également mises à contribution : Rolland-Garros pour le tennis et la boxe, le Parc des Princes pour le football, le stade Pierre de Coubertin pour le basket-ball…

La proche banlieue nord à l’honneur

Mais avec eux, c’est aussi et surtout la banlieue nord de la capitale qui va être mise en lumière. Saint-Denis logera en effet 17000 sportifs attendus et leurs délégations au sein d’un futur village des athlètes.

C’est à Pleyel Bords de Seine, en face de l’île Saint-Denis, que ce village 100% accessible sera construit, selon un principe, celui de la réversibilité du bâti. Car il s’inscrit dans le cadre plus large d’une recomposition urbaine de cette partie.

Moins de différences de prix immobiliers entre Paris et sa banlieue

Les jeux de 2024 vont coïncider avec l’arrivée d’une grande partie des nouvelles lignes de métro du Grand Paris Express. Saint-Denis Pleyel, site du village olympique, accueillera en effet en 2023 l’une des plus grandes gares du nouveau métro.

Avec 4 nouvelles lignes et le prolongement des lignes existantes, le Grand Paris Express sera connecté au réseau de transport existant, reliant les territoires du Grand Paris, entre eux et avec la capitale.

Ce qui réduira les temps de transport dans toute la métropole parisienne. Les jeux Olympiques et Paralympiques devraient avoir un effet booster sur le projet du Grand Paris Express dans ce calendrier commun.

Or en devenant plus accessibles, les communes des proches banlieues de Paris devraient voir leurs prix immobiliers monter, ce qui contribuerait à atténuer l’écart actuel avec le marché parisien.

Un flot de touristes à loger : une aubaine pour certains parisiens

Mais les jeux Olympiques qui dureront une quinzaine de jours, c’est aussi un afflux massif de touristes à loger. Pendant les Jeux de Londres en 2012, la nuit d’hôtel coûtait en moyenne 401 euros tandis que les Londoniens s’étaient vu interdire de louer leur logement sur Airbnb.

Rio, le bon exemple

Lors des Jeux de Rio en 2016, Airbnb avait été au contraire désigné hôte officiel des Jeux par le Comité international olympique, un choix qui s’expliquait par l’insuffisance de l’offre hôtelière. Rio avait alors été désignée destination la plus chère du monde sur la plateforme de location au cours de cette période.

Paris encadre les locations via des plateformes numériques

A compter du 1er décembre tout Parisien qui souhaitera louer son logement en meublé touristique sur une plateforme numérique devra détenir un numéro d’enregistrement. Grâce à ce numéro, unique pour chaque déclarant, la municipalité espère pouvoir être en mesure de vérifier que les locations n’excèdent pas la durée légale de 120 jours par an lorsqu’il s’agit de résidences principales.